darkness-light-darkness1

10 ANS | 10 FILMS | 10 RÉALISATEURS/TRICES

7.10.2015

10 ANS | 10 FILMS | 10 RÉALISATEURS/TRICES

7 octobre
20 h 00
 – 21 h 20

Navigation Événément

10 COURTS MÉTRAGES – 80’ – Dès 12 ans / From 12 years
Mercredi 7 octobre 2015 à 20h00 | CINÉMA SPOUTNIK

Achetez vos billets

Pour ses dix ans, le Festival Animatou a invité 10 réalisateurs / réalisatrices à proposer un film coup de coeur ou marquant. Un programme de rêve pour un anniversaire concoté par Claude Barras, Elie Chapuis, Pierre-Luc Granjon, Gintanjali Rao, Claude Luyet, Jossie Malis, Regina Pessoa, Tatia Rosenthal, Marina Rosset & Georges Schwizgebel!

For its tenth anniversary, the Animatou Festival invited 10 filmmakers to present their favorite film or one that left a lasting impression. The result is a dream program for an anniversary, put together by Claude Barras, Elie Chapuis, Pierre-Luc Granjon, Gintanjali Rao, Claude Luyet, Jossie Malis, Regina Pessoa, Tatia Rosenthal, Marina Rosset & Georges Schwizgebel!

LE CHOIX DE | THE PICK OF:

Claude Barras
L’AIR DE RIEN | CÉCILE MILAZZO | France | 2011 | 3’30’’
«L’air de rien m’a beaucoup inspiré graphiquement et narrativement quand je l’ai vu à sa sortie en 2011. Enthousiasmé par son univers, j’ai engagé la réalisatrice comme cheffe-peintre sur mon premier long-métrage Ma vie de courgette afin que son talent plastique serve au mieux mon premier long métrage.»

“ L’air de rien really inspired me graphically and narratively when I saw it at its release in 2011. I was excited by the film’s universe, and hired the filmmaker as head painter for my first feature-length film, Ma vie de courgette, so that her artistic talent could be put to good use on my first feature film.”

Elie Chapuis
38° 39°C | KANGMIN KIM | Etats-Unis | 7’51’’ | 2011
«38-39°C nous plonge dans l’univers parallèle des bains publics et dans la rêverie du héros. Il nous emporte dans un voyage visuel déchaîné où les techniques d’animation s’entremêlent jusqu’à nous perdre. Un film remarquable qui ressuscite avec force originalité souvenirs d’enfance et sensations fortes.»

“ 38°-39°C is an immersion into the parallel world of public baths and the protagonist’s daydream. The film takes us into an unrelenting visual journey of bewildering, intermingling animation techniques which ingeniously conjure up childhood memories and strong sensations.”

Jossie Malis
DARKNESS LIGHT DARKNESS | JAN SVANKMAJER | République tchèque | 7’31’’ | 1990
«J’ai vu pour la première fois ce fantastique court métrage de Svankmajer, au milieu des années 90 sur une vieille cassette VHS et je me souviens encore d’en avoir eu la chair de poule. Ce fut sans doute un des ces moments déterminants que l’on a dans une vie, de ceux où l’on décide ce que l’on souhaite faire dans le futur.»

“ The first time I saw this amazing short by Svankmajer, on an old VHS around the middle of the 90s, I got goosebumps. It turned out to be one of those defining moments when you decide what you’re going to do with your life.”

Pierre-Luc Granjon
OLD FANGS | ADRIEN MERIGEAU & ALAN HOLLY | France | 2009 | 11’26’’
«Dans une forêt magnifique, Old Fangs nous raconte le retour d’un jeune loup sur les lieux de son enfance, un retour à la fois beau et difficile. Il est accompagné de ses deux amis, complices, respectueux et attentifs à ce qu’il traverse. C’est un film qui donne envie de faire des films, et je ne trouve pas plus beau compliment.»

“Old Fangs is set in a magnificent forest and tells the story of a young wolf who returns to the places of his childhood, a return both beautiful and difficult. He is accompanied by two friends, respectful and attentive companions on his journey. This is a film that makes you want to make films, and I can’t think of a nicer compliment.”

Claude Luyet
HAUT PAYS DES NEIGES | BERNARD PALACIOS | France | 1990 | 10’ | gouache et dessins sur cellulos
«J’ai choisi ce film pour sa grande poésie, pour le Tibet, et bien sur pour le talent inimitable de Bernard Palacios pour raconter, que ce soit un film, un livre, ou simplement une histoire devant un verre.»

“ I chose this film for its immense poetry and for Tibet, but also, of course, to pay homage to the inimitable talent of Bernard Palacios to tell stories, whether it be a film, a book or simply over a glass with friends.”

Regina Pessoa
MY VILLAGE | MARK BAKER | Royaume- Uni | 1993 | 14’51’’
“J’ai vécu dans un petit village quand j’étais petite et … la vie là bas était vraiment comme dans ce film: dans les petites communautés les gens sont si proches et il y a si peu de choses passionnantes qui se passent que les gens s’observent beaucoup les uns les autres et deviennent souvent méchants. Ce film décrit cette situation avec humour, poésie, élégance et simplicité.

“When I was a child, I lived in a small village … The life there was like in this movie: in a small community, people are so close and there is so few exciting things to do, that people observe each other and often become nasty. This film describes this situation with humor, poetry, elegance and simplicity“

Gitanjali Rao
REFLEKSY | JERZY KUCIA | Pologne | 1979 | 6’24’’
«Le premier film d’animation que j’ai vu qui m’a fait choisir l’animation comme domaine pour mon diplôme à l’école d’art.»

“This is the first animated film I saw that made me want to choose animation as a field to follow when i was graduating from art school.”

Tatia Rosenthal
VIOLA | PRIIT TENDER | Estonie | 11’29’’ | 1999
«Partant de la fragilité inhérente de chaque partie du corps, le film traite du pouvoir unificateur de l’amour qui puise sa source dans l’empathie que nous ressentons envers l’autre. Une oeuvre éblouissante et divertissante de Priit Tender, l’un des réalisateurs estoniens les plus versatiles et fascinants du moment.»

“ Expandsfrom the fragility of individual parts to the uniting power of a love that starts with the ability to empathize with another person’s brokenness. A stunning, amusing, piece by Priit Tender, one of the most versatile, compelling animators working in Estonia today. ”

Marina Rosset
UN COUTEAU DANS LES FOURCHETTES | ALAIN GAGNOL AND JEANLOUP FELICIOLI | 3’30’’ | 1999
Quels sont ces deux étrangers au-dessus de mon nez qui me servent à voir? Ils ne peuvent pas être mes yeux, non! Mes yeux à moi ne m’auraient jamais laissé voir une chose pareille. Et pourtant l’évidence est là, et ce que je vois c’est bien un couteau rangé dans le compartiment des fourchettes.

What are these two strange things above my nose I’m supposed to see with? They can’t be my eyes. No! They’d never have let me see such a thing. And yet there’s no denying it: I clearly see a knife in the fork compartment. A knife among the forks!

Georges Schwizgebel
SAUSAGE CITY | ADAM K. BECKET | 1974 | 5’
«C’était un réalisateur très doué de CalArts qui a disparu beaucoup trop tôt dans l’incendie de sa maison en 1979. Ce film était sélectionné au festival de Zagreb en 1974, il m’avait beaucoup impressionné et peut-être que c’est de là que me vient mon intérêt pour dessiner des cycles.»

“Adam Becket was a very gifted director who graduated from CalArts (the California Institute of the Arts) and died untimely when his house burnt down in 1979. Sausage City was shown at the 1974 Zagreb festival and it made a very strong impression on me – it may actually explain my interest for drawing cycles.”