Jury suisse Labo

Labo est un programme de 13 courts métrages expérimentaux en compétition internationale. Des films libérés des contraintes de la narra- tion, qui explorent différentes techniques pour créer leurs propres formes d’expression. Un vrai laboratoire d’images !

PRÉSENTATION DU PRIX DÉCERNÉ PAR LE JURY SUISSE LABO
Le Festival ouvre cette année un nouveau jury, le Jury suisse Labo expérimental constitué de personnalités genevoises de l’art contemporain et des milieux de la création contemporaine dans les arts vivants.

Philippe Davet, co-directeur de la galerie d’art Blondeau & Cie
Sylvie Fleury, artiste plasticienne
Prisca Harsch, chorégraphe et programmatrice danse pour le Festival Antigel

Compétition internationale expérimentale Labo
13 courts métrages

PRIX LABO ANIMATOU d’une valeur de
CHF 3000.– décerné au meilleur court-métrage.


Philippe Davet

Jury-p68-Davet

Philippe Davet est entré très tôt dans le monde du travail. Après des études d’expert comp- table et seize ans de carrière dans une société fiduciaire, il part s’établir à Darwin en Australie. Il voyage à travers la région et travaille dans une communauté aborigène à Gunbalanya. En 2001, il revient à Genève et collabore avec Marc Blon- deau, conseiller en art du 19e et 20e siècle, pour Blondeau & Cie. Dans leur espace d’exposition « 5, rue de la Muse » à Genève, Philippe Davet y propose des expositions d’artistes émergents ou reconnus sur la scène internationale, comme Fabrice Gygi, Louise Lawler, Jonathan Monk, Raymond Pettibon, Jim Shaw, Martin Szekely etc. De 2003 à 2012, Il est à l’origine du dévelop- pement des activités de l’association des gale- ries d’art du Quartier des Bains ainsi que depuis 2011, initiateur et conseiller d’Artgenève, la foire internationale de l’art contemporain de Genève, le rendez-vous incontournable des institutions, galeries, marchands, collectionneurs et artistes de la région lémanique.


Sylvie Fleury

sylvie-fleury-1

Sylvie Fleury (1961) est une artiste plasticienne qui vit et travaille à Genève. Autodidacte, elle devient dans le milieu de l’art une figure emblé- matique des années 90. Son premier geste artistique sème le trouble dans le milieu de la critique, tout en la propulsant très rapidement sur la scène internationale. Invitée par John Armleder et Olivier Mosset à intervenir lors d’une exposition à la galerie Rivolta à Lausanne, elle pose à même le sol une dizaine de sacs griffés, résultat de son shopping du jour. Connue pour ses mises en scène de produits de luxe et d’éléments glamour, elle aborde dans son œuvre les problématiques de la marchandisation, de l’accrochage, du genre, de la violence et de la mystique contemporaine. Ses sculptures en bronze s’inscrivent dans l’esthétique du Pop art et de l’art minimal, combinant avec acuité l’idée du ready-made et la vision wahrolienne de la société de consommation. Son travail procède également du recyclage des grandes figures du modernisme, comme Piet Mondrian, lorsqu’elle réinterprète ses plans de couleurs en fourrure synthétique. Ses œuvres ont été présentées lors des Biennales (Venise, Sào Paulo, San Martino, Shanghaï), dans de nombreuses institutions et galeries internationales.


Prisca Harsch

Jury-Prisca

Prisca Harsch est née le 25 juin 1969 à Genève. Formée à l’école de danse de Genève dirigée par Béatriz Consuelo, elle est engagée en 1988 au sein du Béjart Ballet Lausanne que dirige Maurice Béjart. En 1991, elle rejoint la Danse indépendante romande (Nomade, Serge Campardon, Vertical Danse Noémi Lapzeson, Diane Decker), puis part compléter sa formation en danse contemporaine à Paris grâce à l’obtention de la bourse de la ville de Genève. La même année elle est engagée au Centre chorégraphique de Grenoble chez Jean-Claude Gallotta où elle rencontre Pascal Gravat, interprète du Groupe Émile Dubois depuis sa fondation. Durant cinq ans, elle participe à toutes les créations, reprises, captations vidéo et tournées du groupe Émile Dubois.

En 1996, elle s’installe à Paris et fonde avec Pascal Gravat le groupe Quivala. En 2000, après avoir séjourné à New York grâce à l’obtention d’une bourse de création de la Villa Médicis Hors les murs, ils déménagent la compagnie à Genève. Depuis, elle alterne les créations et tournées du groupe Quivala et collabore régulièrement en tant qu’interprète dans la danse, le théâtre et le cinéma avec de nombreux chorégraphes et metteurs en scène. Depuis 2014 elle est chargée de la programmation danse du Festival Antigel.